François Legrain

Rien ne prédestinait François Legrain à la musique. Pourtant, il se tourne naturellement vers la trompette et la batterie dès l’âge de 9 ans. Une passion qui lui est transmis par Dominique Bodart, à l’académie d’Eghezée. Plus tard, il se découvre des talents de tromboniste au Conservatoire de Huy grâce à Sébastien Jadot, et sillone le Plat Pays avec ses groupes. De rencontres en collaborations, le jeune musicien est rapidement emporté dans une aventure musicale …

Il se cultive sur les bancs de l’Université Libre de Bruxelles en musicologie et se spécialise au Jazz Bruxelles puis au Master Class à Paris. On retrouve ainsi l’influence des professeurs Jean-Paul Estievenart et Jon Faddis dans les notes décalées et ‘américanisantes’ de leurs compositions. Inspiré également du jazz sobre et chaleureux de l’afro-américain Christian Scott, du nu-jazz aux rythmiques drum’n’bass et hip-hop du français Erik Truffaz, ou encore des résonnances arabes du talentueux compositeur franco-libanais Ibrahim Maalouf, François imagine un univers musical contrasté et éclectique. Dépourvu de connaissances techniques aiguisées, François expérimente différentes textures sonores, combinant son électronique et mélodie instrumentale

Lors de son passage au Jazz Studio d’Anvers, le professeur Richard Rousselet persuade François de se réconcilier avec la trompette. Guidé par Michel Paré au jazz Académie d’Evere, il perfectionne dans cet instrument et suit des cours lors de son voyage a New York avec le trompettiste Avishai Cohen. Un besoin d’indépendance pousse François à rejoindre la SAE pour devenir Electronic Music Producer et créer son propre label sous le nom de Ragtime Production, en référence au mélange de genres. Tour à tour, compositeur, accompagnateur et producteur, François multiplie les projets musicaux, les albums, les EP et les collaborations…

Il souffle dans les cuivres pour différents chanteurs de variété, joue de la batterie pour des groupes de pop rock, puis réalise des clip pour des musiciens et initie le collectif bruxellois Nu Jazz Project avec Sylvio Iascio. Il produit ensuite différents album dont le clip sera réalisé à New York.

Trompette, trombone, bugle et batterie rythment donc l’univers atypique de ce musicien déroutant.